François Villon (1431-?)
auteur
Biographie

   François des Loges, seigneur de Montcorbier, naquit à Paris en l’an de grâce 1431. Il fut fils adultérin d’un gentilhomme bourbonnais et d’une demoiselle angevine qui le mirent en adoption chez Guillaume de Villon, chapelain de Saint-Benoît. François prit le nom de son « plus que père » et fit de bonnes études. Il suivit les cours à la Faculté des arts et devint maître ès arts en 1452, à vingt et un ans. Puis il reprit les études à la Faculté de décret. Entre 1451 et 1454 Villon prit part aux émeutes des étudiants de l’Université. Le 5 juin 1455, Villon tua en duel un prêtre, Philippe Sermoise et fut obligé de fuir de Paris. Il n’obtint les lettres de rémission qu’en juin 1456. Villon revint à Paris et prit part à un vol par effraction au collège de Navarre en compagnie de Colin de Cayeux et d’un bourgeois, Gui Tabarie. Le vol fut découvert en 1457, Tabarie, saisit, dénonça ses complices. Villon se cacha auprès de Charles d’Orléans qui l’estimait beaucoup. En 1460, Villon quitta le château de Blois, et, un an plus tard, il fut arrêté et mis en prison de Meung-sur-Loire. Colin de Cayeux fut pendu, et Villon n’échappa au même sort que grâce à Louis XI qui vint le délivrer en personne. La même année, Villon fut arrêté pour d’autres crimes et condamné à être pendu. Grâce à la requête personnelle de Charles d’Orléans (« Cet homme est mon égal, il n’y a que la naissance qui nous distingue. »), la peine de Villon fut mutée en bannissement pour dix ans de la ville de Paris. François des Loges de Montcorbier, dit Villon quitta Paris à l’aube du 5 janvier 1463 pour mourir « débouté de chascun ».
Bibliographie

« Le Lais ou Petit Testament », 1456
« Le testament », 1461
« Ballade des pendus », 1463
« Œuvres inédites », 1533
« Les plus belles poésies », 2001, éd. de Saint Mont