« Nuage en pantalon » par Maïakovsky
52 p., ISBN 2-84755-007-0 EAN 9782847550078
Prix TTC : 6.50 euros
  J'achète  
disponible sous 3 jours   
 
  Obtenir une proforma  

Suivi de : La Flûte en colonne vertébrale. Oubliez les pastorales des amoureux heureux et les tourments des romantiques, voici un homme nouveau, un roc qui souffre d'amour...


Livres de Maïakovski publiés aux éditions de Saint Mont

« Nuage en pantalon » par Maïakovski publié aux éditions de Saint Mont

Extrait n°1 (Nuage en pantalon) :

Prologue

Je vais, certes, blesser votre sens esthétique
Installé aisément dans votre cerveau mou,
Comme dans un fauteuil somnole un domestique,
En mettant mon âme et mon cœur saignant à nu.
Mais cela ne saurait qu’augmenter mon plaisir.

Mon cœur est plein de vie, sans un seul cheveu blanc
Ni la moindre tendresse déjà vieillissante.
Je regarde du haut de mes vingt-deux printemps
En couvrant vos braiments de ma voix surpuissante.
Mon cœur est plein d’amour, mes yeux pleins de désir.

Je connais votre choix, tendre comme vous êtes
Vous devez chantonner l’amour sous les violons.
L’impuissant le solfie sous les cris des trompettes
Mais aucun ne mettrait à nu ses passions
Pour qu’il n’en reste que des baisers bout à bout.

Venez, mademoiselle, étudier mon délit,
Vous qui faites partie des syndicats des anges,
Qui, assise sur le satin du couvre-lit,
Feuilletez calmement mes baisers bien étranges
Comme un livre vieilli de recettes sans goût.

Pour vous plaire, j’irai jusqu’à me déguiser
En fou, un aliéné qui pleure et qui rigole
Comme un ciel de printemps change sans aviser.
Ou en jeune frisé, tendre, douillet et drôle
Non plus l’homme, mais un nuage en pantalon.

Extrait n°2 (Flûte en colonne vertébrale) :

J’écrase des kilomètres, marchant en furie.
Où aller avec cet enfer dans mon cœur ?
Quel Hoffmann céleste t’imagina, ma chérie ?
Les rues sont trop étroites pour ma douleur.
J’épuisai la joie et les fêtes étoilées.
La réflexion est ma seule courtisane.
Des pensées, tel le sang coagulé,
Sortent douloureusement de mon crâne.

Moi,
l’enchanteur du monde férié,
Je n’ai personne pour m’accompagner à la fête.
Je voudrais tomber sur les pavés
Et me fracasser la tête.
Je blasphémais contre Dieu tout-puissant,
Hurlais qu’il n’existe pas,
Alors Dieu créa une femme,
La mit sur mon chemin et dit :
Aime-la !

   Toute reproduction à but commercial des œuvres figurant sur cette page est interdite. La copie pour utilisation gratuite privée est accordée d’avance. La copie pour utilisation publique gratuite est possible après l’accord de l’ayant droits. © Saint Mont, 2002. Demande d’accord : par courriel, en cliquant ici