« Le Mariage de M. Anselme des Tilleuls » par Jules Verne
60 p., ISBN 2-84755-074-7 EAN 9782847550740
Prix TTC : 7.50 euros
  J'achète  
disponible sous 3 jours   
 
  Obtenir une proforma  

Suivi de : Dix heures en chasse. Deux nouvelles humoristiques de Verne. La première se moque, avec bien de tendresse et de gentillesse, des descendants des familles nobles, la seconde s'en prend aux bourgeois et... à Jules Verne lui-même.


Livres de Jules Verne publiés aux éditions de Saint Mont

« Le Mariage de M. Anselme des Tilleuls » par Jules Verne publié aux éditions de Saint Mont

Extrait :

   — Ventre de biche, monsieur le marquis, lui disait de bonne foi le pieux Paraclet, vous êtes d’une noblesse non moins vieille qu’antique, et vous ferez votre chemin ! Viam facietis, car je ne me permettrais même pas de vous tutoyer dans cette langue divine, mais malhonnête.
   — Quoi qu’il en soit, répondait le piteux des Tilleuls, j’ai vingt-sept ans sonnés ; peut-être serait-il grand temps de m’initier aux secrets du monde ?
   — Cupidus videndi ! vos règles de conduite et de grammaire sont toutes contenues dans Lhomond : depuis Deus sanctus jusqu’à Virtus et vitium contraria, les hauts principes de syntaxe et de morale se trouvent nettement expliqués et déduits !
   — Car enfin, reprenait le jeune Anselme, ne faut-il pas qu’un mariage assorti vienne renouveler ma famille presque éteinte ?
   — Sans nul doute, monsieur le marquis, sur vous repose l’espoir de toute une noble lignée ! Domus inclinata recumbit !
   — Recumbit humi bos, hasarda des Tilleuls pour faire parade de son savoir !
   — Mille excuses ! mon illustre élève, vous confondez... Procumbit humi bos signifie que le boeuf tombe à terre, et cette phrase est employée par Virgile dans une circonstance différente. Domus inclinata recumbit veut dire en mot à mot : domus votre famille, inclinata qui va s’éteindre, recumbit repose sur vous seul.
   — Mais qui voudra m’aimer, mon bon Paraclet ?
   — N’avez-vous pas 40 000 livres de rentes ? Depuis quand refuse-t-on d’épouser 40 000 livres offertes par vingt-sept nobles années, accompagnées d’un marquisat de bon aloi, lorsque ce marquisat abrite son opulence sous les vastes lambris d’un château donjonné ? Il faudrait être fou, ou posséder quarante et un mille francs de revenus !

   Toute reproduction à but commercial des œuvres figurant sur cette page est interdite. La copie pour utilisation gratuite privée est accordée d’avance. La copie pour utilisation publique gratuite est possible après l’accord de l’ayant droits. © Saint Mont, 2005. Demande d’accord : par courriel, en cliquant ici

Du même auteur :