« Verlaine ou les bas-fonds du sublime » par Christophe Dauphin
100 p., ISBN 2-84755-087-9 EAN 9782847550870
Prix TTC : 12.50 euros
  J'achète  
disponible sous 3 jours   
 
  Obtenir une proforma  

Christophe Dauphin, poète surréaliste qui a publié de nombreux recueils de poèmes et d'essais littéraires, nous invite ici à rencontrer un Verlaine parfois méconnu. Une étude remontant à ses tous premiers ouvrages, des poèmes inédits, mais surtout la reconnaissance de son art empreint d'une féconde mélancolie et marquant son temps d'une empreinte novatrice et indélébile.


Oscar Wilde de Basile de Saint-Mont publié aux éditions de Saint Mont

« Verlaine ou les bas-fonds du sublime » par Christophe Dauphin publié aux éditions de Saint Mont

Extrait :

   Il est évident que si l’on compare les derniers livres de Verlaine aux premiers, en tentant d’y déceler une permanence, on ne pourra qu’être déçu. Le génie de Verlaine a précisément consisté en un renouvellement constant. Jamais il n’a cherché à se répéter. Comme tout artiste authentique, il n’a cessé d’explorer des voies nouvelles. Car un ton apparaît avec Verlaine. Jamais plus, après lui, la poésie ne sera ce qu’elle était auparavant dans la forme, à savoir : « pas loin du discours de distribution des prix, même chez les plus forts, Hugo, Lamartine » (dixit Chambelland). Nous n’oublions pas, bien sûr, Charles Baudelaire qui, bien plus que Victor Hugo, Théodore de Banville ou Leconte de Lisle, a tant compté pour lui, en écrivant : « Oui, le but de la Poésie, c’est le Beau, le Beau seul, le Beau pur, sans alliage d’Utile, de Vrai ou de Juste ». Avec Baudelaire, l’inspiration seule ne suffit plus, car elle réduit le poète au rôle de simple instrument de transmission. Le travail patient doit accompagner l’œuvre pour qu’elle puisse atteindre la perfection. Baudelaire condamne le sentimentalisme et fait l’éloge de l’Imagination, la « reine des facultés », qui enseigne à l’homme, « le sens moral de la couleur, du contour, du son et du parfum ». D’elle naissent l’analogie et la métaphore. D’elle procède tout renouveau. Verlaine, le poète de « la pensée triste » a su retenir la leçon en réussissant à opérer la fusion entre les sensations, les sentiments et les émotions.

   Toute reproduction à but commercial des œuvres figurant sur cette page est interdite. La copie pour utilisation gratuite privée est accordée d’avance. La copie pour utilisation publique gratuite est possible après l’accord de l’ayant droits. © Saint Mont, 2006. Demande d’accord : par courriel, en cliquant ici