« Oscar Wilde : Et si mon coeur doit se briser » par Basile de Saint-Mont
50 p., ISBN 2-84755-094-1 EAN 9782847550948
Prix TTC : 10.50 euros
  J'achète  
disponible sous 3 jours   
 
  Obtenir une proforma  

On ne connaît rien, ou presque rien de la vie d'Oscar Wilde, de cette vie heureuse où il fut célèbre, où il connut le succès, de cette période trop brève malheureusement qui précéda le calvaire que devaient être pour lui les cinq dernières années de son existence.


Oscar Wilde de Basile de Saint-Mont publié aux Éditions de Saint Mont

« Oscar Wilde : Et si mon coeur doit se briser » par Basile de Saint-Mont publié aux Éditions de Saint Mont

Extrait :

   L’atmosphère familiale dans laquelle avait à évoluer le jeune caractère d’Oscar Wilde n’était donc pas des plus saines. Si on buvait ferme dans la maison paternelle, on y parlait de même très librement, aussi bien à table qu’au salon. Oscar lui-même en fit plusieurs fois la remarque. Ne disait-il pas à un de ses camarades du Trinity College qu’il invitait : « Venez chez moi, je vous présenterai à ma mère. Nous avons fondé une société pour la suppression de la Vertu ! »
   Ce milieu bohême fut peut-être favorable à la précocité du talent d’Oscar Wilde : il dut contribuer aussi à exciter ce qu’il y avait de trouble et d’inquiétant dans cette singulière nature.
   À l’âge de neuf ans le petit Oscar, dont la mère jusqu’ici s’était chargée de l’instruction préparatoire, entra au Collège Royal de Portora, à Enniskillen (Irlande). Il s’y fit remarquer par son absolue incapacité en mathématiques. En revanche, il atteignit une grande supériorité en l’art de donner des surnoms, ce qui n’était pas pour lui attirer l’amitié de ses camarades et de ses maîtres, victimes de sa jeune verve satirique. Aussi ne conserva-t-on de lui à Portora qu’un souvenir médiocrement flatteur.
   Ces premières années d’études ne laissaient pas encore prévoir le talent qu’il avait en puissance. Passablement indiscipliné, il ne fit, pour aucune matière du programme, montre d’une précocité extraordinaire. De plus, il n’aimait pas les sports, et ce grand gars, solide, bien bâti, préféra toujours la rêverie indolente aux exercices vigoureux si en honneur chez ses compatriotes.

   Toute reproduction à but commercial des œuvres figurant sur cette page est interdite. La copie pour utilisation gratuite privée est accordée d’avance. La copie pour utilisation publique gratuite est possible après l’accord de l’ayant droits. © Saint Mont, 2007. Demande d’accord : par courriel, en cliquant ici

Du même auteur :